" La pierre précieuse, voire de grand prix aux yeux de certains, qu'est l'émeraude, se voit insultée par un morceau de verre habilement truqué, s'il ne se rencontre personne qui soit capable de procéder à un examen et de démasquer la faute. Et lorsque de l'airain a été mêlé à l'argent, qui donc, s'il n'est connaisseur, pourra aisément le vérifier ? "(Saint Irénée, Contre les hérésies)


samedi 1 septembre 2018

Le Grand Schisme d'Occident, un événement pour l'Église (2): les origines


Une Chrétienté divisée
De 1378 à 1417, un drame déchire la Chrétienté en Occident : deux puis trois prélats élus par des cardinaux et couronnés se disent « pape », chacun à sa mort se voyant succéder par un autre, perpétuant ainsi le schisme. À Rome, Urbain VI[1] (1378-1389) est le premier sur la liste. À sa mort, succéderont Boniface IX (1389-1404) puis Innocent VII (1404-1406) et enfin Grégoire XII (1406-1417). Rejetant l’élection d’Urbain VI, des cardinaux élisent Clément VII (1378-1394), qui s’installe à Avignon, puis Benoît XIII (1394-1417). Enfin, croyant trouver une solution, des cardinaux élèvent en 1409 Alexandre V à la dignité épiscopale au cours du concile de Pise, et, comme les autres, il aura un successeur à sa mort : Jean XXIII. Le Grand Schisme d’Occident, tel est le nom qu’on donne à cette division de la Chrétienté, précèdent une période particulière de la papauté.

Depuis Clément V et pendant soixante-quinze ans, le pape ne siégeait pas à Rome mais à Avignon, ville impériale, hors du royaume de France. Ce séjour est sans-doute un des effets lointains de l’attentat d’Anagni[2]. Le pape Boniface VIII y a été profondément humilié ; il en est mort. Au cours de cette période, la papauté s’est particulièrement affermie dans la Chrétienté. Pour répondre aux besoins de l’Église sans cesse croissants avec des revenus insuffisants, elle a mis en place une administration centralisée et a développé de manière considérable sa fiscalité[3] à l’image des États modernes. Et lorsque les « papes » se sont doublés, ce gouvernement modernisé s’est aussi doublé, chacun ayant sa propre obédience, aux limites indécises et changeantes. Nous pouvons alors comprendre ou du moins saisir toute la gravité de la situation. L’autorité pontificale en elle-même perd nécessairement de la crédibilité. Les conséquences de ce schisme sont désastreuses. La division des Chrétiens au XVIe siècle par la révolution protestante en est probablement une des causes indirectes.

Comment en sommes-nous arrivés à ce drame ? À partir de différentes sources[4], nous allons décrire le récit qui a conduit à une telle catastrophe…

Dans une Rome fortement tumultueuse

À la mort de Grégoire XI, le 27 mars 1378, les cardinaux présents à Rome se réunissent rapidement au Palais de Vatican pour élire un successeur sans attendre l’arrivée de leurs collègues éloignés de la ville. Le Sacré-Collège n’est pas en effet complet. Il manque sept cardinaux. Cette hâte est certes contraire aux règles définies par le concile de Latran III mais demeure conforme à celles en vigueur depuis que Grégoire XI les a assouplies avant de mourir. Il a aussi décidé que l’élection sera acquise à la simple majorité des voix. Elle peut se faire à Rome ou hors de la ville[5]. Ces modifications s’expliquent par le contexte tumultueux dans lequel se termine le pontificat. La situation à Rome est en effet explosive.

Grégoire XI entrant à Rome
Pourtant, le 17 janvier 1377, le pape est enfin de retour à Rome après soixante-huit ans d’absence. À son entrée, les Romains lui font une ovation et au soir, des millions de cierges illuminent la place Saint Pierre. Ils ont très mal vécu cette période qu’il considère comme un véritable exil. Mais l’installation n’est pas sans conditions. Grégoire XI veut notamment qu’on lui restitue ce qu’il appartenait à la papauté avant son exil, biens et terres, que des villes ont confisqués. Florence est l’une de ces cités. Elle est alors particulièrement active pour entraver les projets du pape. Elle exacerbe les passions et sème le trouble, en particulier à Rome.

Mais la joie ne dure pas. Le calme n’est que précaire. Un mois après son arrivée, sous la pression houleuse des Romains, le pape est en effet forcé de quitter Rome et se réfugie à Anagni. En novembre, appelé par ses mêmes Romains, il est de retour dans la Ville éternelle mais les factions romaines demeurent encore en effervescence. Un complot contre lui est même déjoué. Dans un tel contexte, une élection pontificale risque d’être très difficile et de générer une vacance dommageable pour l’Église. Prudent et sentant l’orage éclaté, Grégoire XI modifie les règles de l’élection pontificale tout en exhortant les cardinaux de rester unis et en paix.

Arrivée de Grégoire XII et ses cardinaux à Rome
Girolamo di Benvenuto di Giovanni del Guasta
(1470-1525)
À la mort de Grégoire XI, l’atmosphère reste pesante. Le peuple craint un retour du pape à Avignon. Il supporterait mal cette trahison. À l’approche de la date du conclave, l’ambiance est difficilement soutenable. La peur gagne les esprits. Dans la rue ou sur le parvis d’une église, des cardinaux sont interpellés : « vote un Romain ou un Italien ». Les souhaits se transforment vite en menaces discrètes mais audibles. Cependant, n’oublions pas que des cardinaux sont suffisamment puissants pour se protéger. Certains disposent de troupes aguerries de mercenaires à proximité de Rome. Enfin, les cardinaux peuvent se réfugier au château de Saint-Angeau que gardent des hommes de confiance. Selon des adversaires d’Urbain VI, ces propositions ont été rejetées en raison de l’optimisme du Sacré Collège et de leur confiance en la population romaine. La crainte n’est-elle pas aussi insurmontable qu’elle semble supposer ? Néanmoins, le château est en état de défense…

« Papa romano volemo » 

Mais pourquoi une telle effervescence ? Depuis soixante-quinze ans, Rome n’a plus connu d’élections pontificales. Depuis Avignon, tous les papes élus sont d’origine française. Certes, ils ne proviennent pas tous du royaume de France. Ils sont néanmoins souvent proches. Un Gascon ou un Quercynois n’est pas un Limousin. Les Italiens sont très minoritaires au Sacré Collège et dans la « curie romaine »[6]. En 1314, le Sacré-Collège compte sept Italiens, dix Gascons et six Français…

Les Romains craignent alors que les cardinaux désignent un Souverain Pontife favorable à un retour à Avignon. Pour conjurer cette menace, ils veulent un pape romain ou au pire italien. Avant l’ouverture du conclave, des représentants de communautés et des officiers municipaux ont clairement mené des démarches auprès de certains cardinaux pour demander l’élection d’un pape romain ou italien selon les déclarations de ces mêmes cardinaux.

Lorsque les cardinaux entrent en conclave, le mercredi 7 avril, une foule nombreuse couvre la place Saint-Pierre, le parvis et les degrés de la basilique, cerne le grand palais du Vatican et réclame, commande à grand cris l’élection d’un pape romain : « Papa romano volemo o almanco Italiano »[7]. Le lendemain, jour de l’élection, les cloches de Saint Pierre sonnent le tocsin. La foule crie encore de plus belle : « Romano lo volemo o almanco Italiano ». Des injures et des menaces se mêlent à ces hurlements comme le déclarent les « clémentistes » et des « urbanistes »[26].

Le Sacré-Collège à la recherche d’un Pape

Revenons aux cardinaux. Ils sont divisés entre trois partis : les Limousin[8] (sept membres), les Français (cinq membres[9]) et les Italiens (quatre membres). Certes le parti italien est encore minoritaire mais les partis limousin et français ne s’apprécient guère. Au temps de la papauté d’Avignon, des Limousins ont été élus papes ou ont obtenu d’eux de grandes faveurs et de belles promotions. Cela a alors suscité de nombreuses jalousies chez les Français qui préfèreraient alors se lier au parti italien.

Avant de se réunir en conclave, les cardinaux tentent vraisemblablement de s’entendre. Il est sûr que des démarches sont entreprises pour nouer des alliances. Voyant qu’ils ne pouvaient élire un des leurs, des cardinaux du parti limousin portent leur choix sur un étranger de Sacré-Collège, Barthélemy Prignano, archevêque de Bari du royaume de Naples. Ce choix a notamment l’avantage de répondre aux vœux de la foule romaine. Il a en outre suffisamment officié à la cour pontificale d’Avignon pour plaire au parti limousin. Il a même été un des hommes les plus importants. Le clergé napolitain a aussi les faveurs des Français. Enfin, il est d’excellente réputation. Il dispose ainsi suffisamment de crédits pour attirer les suffrages des trois partis. Selon l’aveu même de certains « clémentistes », ce choix aurait eu l’approbation d’autres cardinaux. Si les cardinaux ne semblent pas parvenir à s’entendre selon des chroniqueurs, il semblerait donc qu’une majorité, voire les deux tiers requis, se montre disposer à l’élire au point que des bruits et des indiscrétions courent sur son élection.

L’élection de Barthélemy Prignano

Revenons au jour de l’ouverture du conclave. Le 7 avril, une foule furieuse parvient à envahir le rez-de-chaussée du palais du Vatican. Avant que le conclave ne soit définitivement fermé selon les règles, des officiers municipaux puis des chefs de quartiers viennent rappeler leurs réclamations auprès des cardinaux : « un pape romain, voire italien ». Le 8 avril, les cardinaux sont enfin enfermés dans la salle. Une foule furieuse gronde autour du Palais. Avant de procéder au vote, ils suivent une messe mais leur pensée est certainement ailleurs. Leur trouble est encore plus grand quand ils entendent sonner le tocsin du Capitole ainsi que les cloches de Saint-Pierre. Or le tocsin annonce normalement une émeute, une prise d’arme ou une exécution…

Le tumulte est grand. Le cardinal Pierre Orsini du parti italien estime qu’il ne jouit pas de sa pleine indépendance pour choisir un pape. Il s’abstient alors de voter. Deux ou trois cardinaux émettent aussi des réserves. Mais la grande majorité des cardinaux affirment leur intention formelle d’élire Prignano. Trois à cinq cardinaux, selon les déclarations, affirment nettement que leur choix est parfaitement libre. Ainsi, après avoir étudié et comparé les différentes dépositions, Noël Valois conclue : « en somme, il semble bien qu’à peu d’exceptions près, les quinze cardinaux qui ont voté pour l’archevêque de Bari, quelles que fussent d’ailleurs leurs préférences, ont entendu faire une élection sérieuse. »[10] Dans son bref récit, Jean Favier[11] donne une autre impression. Tout sent la hâte, la précipitation, la peur.

Une confirmation du choix

Pourtant, chose curieuse, les cardinaux ajournent la proclamation des résultats. Les témoignages divergent pour en expliquer les raisons. Selon les « urbanistes », les cardinaux pensent que leur choix sera mal accueilli par les Romains et veulent alors éviter une émeute puisqu’ils ont plutôt choisi un pape italien contrairement à leur première volonté. Selon les « clémentistes », les cardinaux veulent simplement s’assurer du consentement de l’élu afin de remplir toutes les formalités requises. Ils veulent aussi certainement soustraire à un pillage inévitable de leur vaisselle et de leurs ornements comme le veut la coutume romaine. Certains profiteront en effet du répit pour les cacher.

Les cris « Romano lo volemo » se font de plus en plus entendre, étouffant les quelques voix qui réclament encore un pape italien ! Ils sont étourdissants. Ils perdent patience. Le cardinal Orsini promet aux Romains qu’un pape italien ou romain sera pape. Ainsi peu à peu, les cris s’apaisent. Un calme relatif gagne le palais du Vatican. Les cardinaux en profitent pour dîner…

Après le repas, profitant du grand calme régnant à présent, les cardinaux réaffirment leur choix. Selon les « urbanistes », ils procèdent réellement à une nouvelle élection déclarant qu’ils lui donnent librement leurs voix. Dans leurs témoignages, des « urbanistes » et des « clémentistes » rapportent cette nouvelle élection. Selon des chroniqueurs, il ne s’agirait pas d’une réélection mais de la publication de l’élection, ce qui équivaut à une réélection puisque la proclamation de l’élection contient en soi un nouvel assentiment de l’élection. Mais les « urbanistes » et les « clémentistes » ne sont pas d’accord sur le nombre de cardinaux présents. Contrairement à leurs adversaires, les « clémentistes » précisent que les cardinaux ne sont pas en effet complets. Il en manquerait trois. Le cardinal Orsini s’obstine dans son abstention. Ainsi au moins treize cardinaux sur seize auraient choisi Barthélemy Prignano.

Une étrange supercherie

Au même moment, la foule semble se réveiller. Les cris reprennent. Elle veut entrer dans le Palais. D’une fenêtre du conclave, la cardinal Orsini crie à la foule : « Allez à Saint-Pierre », en sous-entendant que là sera proclamé le nom de l’élu. Mais la foule comprend autrement. Elle pense que le cardinal François Tibaldeschi, archiprêtre de Saint-Pierre, dit cardinal de Saint-Pierre, est le nouveau pape. Selon d’autres historiens[12], cette acclamation se serait produite au cours du vote avant le dîner et expliquerait ainsi le retour du calme.

Une partie des Romains court donc à la maison du cardinal Tibaldeschi pour la piller comme veut l’usage abusif du droit de dépouille. Mais d’autres commencent à comprendre que le nouveau pape n’est pas Romain. Furieux, ils parviennent à pénétrer dans le conclave et l’envahissent. Pour détourner leur colère, un clerc désigne clairement le cardinal Tibaldeschi comme nouveau Souverain Pontife. Telle est la version de Noël Valois.

À Saint-Pierre, des cardinaux et des clercs tentent alors d’introniser le cardinal Tibaldeschi en dépit de sa résistance. Il refuse en effet de se prêter à cette intronisation factice qu’il juge scandaleuse. Ils lui imposent finalement de force la mitre et la chape pontificale puis l’assoient sur le trône. Mais le cardinal Tibaldeschi proteste et déclare à la foule que le véritable pape est Barthélemy Prignano. Profitant de la stupeur des Romains et du désordre, les cardinaux réussissent à fuir et à se réfugier dans des châteaux hors de Rome ou dans leur maison.

Urbain VI enfin intronisé

Le lendemain, 9 avril, des cardinaux s’empressent de revenir au Palais de Vatican. À ceux qui demeurent encore au Château Saint-Ange, ils envoient une procuration pour introniser le nouveau pape. Les cardinaux présents demandent à Barthélemy Prignano de consentir à son élection en précisant qu’elle résulte d’un accord unanime. À la demande de l’heureux élu, ils confirment la régularité de l’élection. Assuré, il accepte d’être le nouveau pape et prend le nom d’Urbain VI. Notons que le cardinal Pierre de Luna, futur Benoît XIII, est le premier à lui enlever tout scrupule. Plus tard, pour justifier son attitude et celle des cardinaux, il évoquera la crainte. Finalement, après avoir tenu conseil, douze cardinaux procèdent à l’intronisation de Barthélemy Prignano ...

« Je vous annonce une grande joie ; vous avez un Pape, et il s’appelle Urbain VI. »

Ainsi selon Noël Valois, « on le voit, à ce moment décisif, pas un mot ne fut prononcé qui pût inspirer à Barthélemy des doutes sur la réalité de son titre, pas un mot ne pût l’induire à refuser la tiare, ou simplement à se regarder provisoirement comme non élu. Si les cardinaux ont regretté que Prignano  eût consenti à une élection vicieuse, ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. »[13]

Le jour de Pâques 1378, c’est-à-dire le 18 avril, Urbain VI est couronné avec les cérémonies traditionnelles. Pendant près de trois mois, il reçoit tous les honneurs accoutumés. Comme le démontre Noël Valois, rien dans l’attitude des cardinaux ou dans leur courrier[14] ne permet de douter qu’Urbain VI ne soit reconnu par le Sacré Collège comme pape légitime. « Ce qui me paraît le plus étrange dans la conduite des cardinaux de Rome, c’est ce silence absolu qu’ils auraient gardé les uns vis-à-vis des autres sur une question qui devrait faire l’objet de toutes leurs préoccupations. Ils croient que la chaire de Saint Pierre est usurpée par un intrus, et ils ne se communiquent pas leurs inquiétudes au sujet de l’avenir de l’Église ! »[15]

La rébellion contre le Pape Urbain VI

Qui est Barthélémy Prignano ? Il est réputé pour son érudition, sa science et son expérience des affaires. Évêque de Bari depuis quinze ans avant d’être élu pape, il a aussi exercé les fonctions de chancelier sous Grégoire XI, une des fonctions les plus importantes du gouvernement pontifical. Il est aussi connu pour être irréprochable au niveau moral. Il porte un cilice, observe scrupuleusement les jeûnes et les pénitences imposées par l’Église. Mais, il est aussi impérieux et très volontaire. Or depuis son élection, ces deux traits de caractère s’affirment de plus en plus. Ils sont en outre gâtés par une maladie d’estomac qui le rend irritable. Enfin, il n’est pas cardinal et ne sent donc pas solidaire du Sacré Collège…

Depuis son élection, Urbain VI se montre raide et peu aimable avec son entourage, voire vexant. Soucieux de réforme, il veut l’imposer fermement, en particulier à la Curie romaine et au Sacré Collège. Il déclare donc la guerre à tous les abus sans ménager les évêques et surtout les cardinaux. Il s’attaque à la simonie, aux inconduites, au luxe, à l’absentéisme des évêques, à la vie mondaine et luxueuse des cardinaux. Mais il manque cruellement de prudence et de modération, surtout à l’égard des cardinaux. Ses remarques sont virulentes, blessantes, de plus en plus humiliantes. Face aux résistances, il s’en prend à la prépondérance des cardinaux « français » et lance des menaces…

Parmi les cardinaux, Noël Valois souligne l’action de Jean de la Grange, « cardinal d’Amiens » et bénédictin, homme influent du roi de France. Il est son conseiller et confident intime. Il est même une des personnalités les plus importantes du Sacré Collège. Il n’apprécie guère l’attitude du pape et ses remontrances. Il est un de ceux qui contribuent activement à l’opposition des cardinaux. Est-il l’instigateur de la révolte qui s’annonce ? Selon certains commentateurs, il n’apprécie guère que le pape ne soit pas français. Il en vient à soulever la question de la légitimité du Pape[16]. Pourtant, il était absent le jour de son élection. Il était retenu à Sarzana pour négocier la paix entre le Saint Siège et Florence.

Sous prétexte des chaleurs de l’été qu’ils jugent nuisible à leur santé, les cardinaux français et le camerlingue de Rome obtiennent du pape la permission de quitter Rome. Mais, en fait, ils s’en éloignent pour se retrouver à Anagni. Ils sont treize. D’abord respectueux à l’égard d’Urbain VI, ils deviennent plus arrogants surtout lorsqu’ils obtiennent l’appui du roi de France, Charles V, qui assure leur protection par deux cents lances gasconnes et navarraises. Ils finissent alors par contester ouvertement la légitimité du pape et parlent de procéder à une nouvelle élection. Leur argumentation est simple : terrifiés par la foule romaine, les cardinaux ont agi sous l’empire d’une peur incontrôlée. L’élection est donc sans valeur. Il est donc nécessaire de la refaire dans des conditions satisfaisantes. Une encyclique déclare ainsi sans valeur les prétentions de l’archevêque de Bari et l’anathématise comme intrus.

La consommation du Schisme

Clément VII et ses cardinaux
De manière surprenante, Urbain VI montre une grande modération. Il envoie à Anagni trois cardinaux italiens pour ramener les Français à la raison, et en cas d’échec leur proposer soit la réunion d’un concile général, soit l’arbitrage de six délégués pour faire cesser la division. Mais la mission échoue. Les cardinaux français rejettent la solution du concile général puisqu’il n’y a pas de pape pour le convoquer. En outre, dans une lettre outrageante, ils le dénoncent comme apostat et le somment d’abdiquer. Le 2 août 1378, ils diffusent une Déclaration, faisant un récit de l’élection. Ils affirment qu’ils n’ont élu Barthélemy Prignano que sous la pression de l’émeute et par crainte de la mort. Par conséquent, ils déclarent l’élection nulle et donc le Saint-Siège vacant.

Se sentant encore trop proches de Rome, les cardinaux se réfugient à Fondi au royaume de Naples, dont la reine Jeanne est acquise à leur cause, sans-doute en raison de l’humeur intraitable d’Urbain VI. Les cardinaux voient alors leur nombre croître par la venue de trois cardinaux italiens, ceux qui ont été envoyés par Urbain VI pour mener les négociations. Ils sont donc désormais seize.


Le roi de France Charles V les encourage dans la résistance et leur garantit l’appui matériel dont ils ont besoin. Puis, le 20 septembre, les cardinaux présents à Fondi se réunissent en conclave et élisent Robert de Genève par douze voix. Les trois cardinaux italiens n’ont pas participé au vote mais l’approuvent au moins implicitement. 

Proclamé pape le 24 septembre, Robert de Genève est couronné le 31 octobre sous le nom de Clément VII. De haute lignée et apparenté aux familles princières, notamment du roi de France, il est surtout connu pour ses talents de grands politiques. On le cite aussi dans le massacre de Cesène. En tant que légat de Romagne, il a fait appel à des mercenaires pour mater la révolte de la ville, et déjà connus pour leur excès, ils ont fait une véritable boucherie. Ses ennemis l’accusent d’en être responsable…

Le rôle de Charles V

Charles V
Sur le rôle de Charles V dans les événements, deux conceptions se sont imposées. Pour les uns, notamment les cardinaux italiens et les Florentins, il est responsable du schisme ou a au moins fortement influencé les cardinaux rebelles dans leurs décisions. Pour les autres, en particulier les partisans du roi, il est plutôt décrit comme un roi désintéressé et soucieux de la vérité en se conformant aux indications des cardinaux et aux conseils du clergé de son royaume. Ces deux versions sont reprises par les historiens, la première par Rinaldi, la seconde par Baluze.

Selon les recherches de Noël Valois[17], Charles V a reçus des cardinaux qui lui sont proches des messages alarmants, lui demandant de ne pas ajouter foi au récit officiel de l’élection d’Urbain VI et d’attendre des informations complémentaires avant de répondre à tout courrier provenant de l’élu. Finalement, Noël Valois constate que seuls les adversaires d’Urbain VI ont pu lui donner leur version des faits. « En un mot, il se vit peu à peu amené à résoudre une question dont la plupart des éléments lui échappaient encore, et, le jour où il se prononça contre le Pape de Rome, il ne fit guère autre chose que condamner un accusé sans l’avoir entendu. »[18]

Charles V finit par recevoir des informations des cardinaux réfugiés à Anagni par l’intermédiaire de Jean de Guignicourt, ancien confesseur de la reine, vers le mois d’août. « Confiant dans la parole des princes de l’Église, qui seuls lui semblaient avoir qualité pour l’instruire de l’avènement d’un Pape, il ne douta plus de l’intrusion de l’archevêque de Bari. En même temps, désireux de garantir dans la mesure de ses forces la sécurité du Sacré Collège, il s’empressa d’envoyer une « gran finance » aux cardinaux et écrivit aux routers « gascons » ou « bretons » d’Italie de se porter à leur secours. »[19] Charles V demande aussi à la reine de Naples de les protéger. Enfin, deux jours avant l’élection de Clément VII, il assure aux cardinaux son soutien dans la voie dans laquelle ils se sont engagés.

Vers la reconnaissance officielle de Clément VII

Clément VII
Pourtant, Charles VII ne semble pas encore avoir pris de décision. Le 8 septembre 1379, il réunit une sorte de concile national, comprenant environ six archevêques, trente évêques, plusieurs abbés, des docteurs en droit et en théologie, membres des Universités de Paris, d’Angers et d’Orléans. « Le clergé du royaume jugeait qu’il n’avait pas encore assez de lumières pour se prononcer en une matière si « haulte, périlleuse et doubteuse ». Dans le doute, il conseillait au roi de s’abstenir, en d’autres termes, de ne répondre ni par un acquiescement, ni par un refus, à la demande du Sacré Collège. »[20] Dans une lettre adressée aux cardinaux « clémentistes », Charles V reprend la réponse du clergé de France.

Puis, dans une lettre datée du mois d’octobre et adressée au cardinal Robert de Genève[21], il se rallie à l’idée d’une nouvelle élection, reconnaissant par-là l’invalidité de l’élection d’Urbain VI. À partir de ce moment-là, les « clémentistes » ont une confiance absolue dans la protection du roi de France comme l’indique une bulle de Clément VII. Notons enfin que les cardinaux d’Avignon voient clairement le roi de France comme l’arbitre de la Chrétienté et espèrent un retour de la papauté sur les rives du Rhône.

Or la bulle de Clément VII date du 10 novembre 1378, c’est-à-dire six jours avant l’adhésion officielle de Charles VII à Clément VII lors de l’assemblée tenue au Bois-de-Vincennes. C’est en effet au cours de cette assemblée que des représentants de l’État et du clergé, moins nombreux que le 8 septembre, lui conseillent de se déclarer pour Clément VII. Nous pouvons donc considérer que Charles VII a pris sa décision  au milieu du mois d’octobre, c’est-à-dire à une époque où le clergé du royaume s’abstenait encore de tout jugement. En novembre, est publiée une ordonnance reconnaissant l’élection de Clément VII comme « pape et souverain pasteur de l’Église de Dieu. »

Les responsabilités du roi de France

Finalement, Noël Valois reproche au roi sa docilité à l’égard des cardinaux, docilité qu’il juge excessive et qui lui fait négliger les autres sources d’informations, ainsi que sa hâte. Néanmoins, il admet qu’il croît « sincèrement agir au mieux des intérêts de l’Église et de son royaume tout à la fois. »[22] Pourtant, le clergé lui a demandé de séjourner sa décision. Et lors de la seconde assemblée du Bois-de-Vincennes, il a plutôt dicté sa décision à une assemblée plus restreinte du clergé. Il a su enfin réduire les oppositions et fait taire les débats, notamment à l’Université de Paris. « En somme, si Charles V n’est pas l’auteur du schisme, il est en grande partie responsable du rôle que la France va jouer dans le conflit. »[23]

Conclusions

Le Grand Schisme est désormais consommé. Deux hommes se disent papes. L’Empereur, les rois et les princes choisiront l’un ou l’autre, selon leurs intérêts et leurs convictions. La Chrétienté sera alors divisée en deux obédiences[24]. Le même drame touche les diocèses, les ordres, les paroisses, les familles et les âmes. Pour la première fois dans l’Église, un schisme naît de la rébellion du Sacré Collège…

« Deux églises de forment au sein de l’Église romaine. De part et d’autre on se figure possède seul la vérité : on se menace, on s’excommunie, quand on ne combat pas. La division produit ses effets ordinaires : les forces de la chrétienté s’énervent ; la discipline fléchit ; la foi même périclite. Telle est l’épreuve qui attend l’Église, affaiblie déjà par le schisme des Grecs ; tel est le Grand Schisme d’Occident. »[25]




Notes et références

[1] Les partisans des « Papes de Rome » sont appelés urbanistes, ceux des « Papes d’Avignon », des clémentistes.
[2] Voir Émeraude, juillet 2018, article « L'attentat d'Agnani, un Pape humilié, une Église meurtrie".
[3] Voir Émeraude, août 2018, article CLa révolution religieuse, un problème de taxe, la fiscalité pontificale, une source de bien de mécontentements au XIVe siècle".
[4] Voir Émeraude, août 2018, article  "Le Grand-Schisme d'Occident, un événement pour l'Église (1) : Introduction" .
[5] L’élection devait obligatoirement se faire dans la ville où est mort le pape.
[6] La Curie est en effet appelée « curie romaine » en dépit de son installation à Avignon. Furieux, les Romains demandent par ailleurs qu’on l’appelle « curie d’Avignon ».
[7] « Nous voulons un Pape romain ou tout au moins un Pape italien. »
[8] Le parti limousin comprend les Français du Midi.
[9] Le parti français comprend quatre Français et un Espagnol, Pedro de Luna, le futur Benoît XIII.
[10] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. I, Picard et Fils, 1896-1902. L’édition est accessible sur gallica.bnf.fr.
[11] Voir Les Papes d’Avignon, Jean Favier, chap. XIX, Fayard, 2006. Le récit contredit même les propos de Noël Valois. Le cardinal Orsini aurait voté contre Prignano.
[12] Abbé Boulanger, Histoire générale de l’Église, Tome II, Le Moyen-âge, Volume VI, De Clément V à la Réforme 1306-1517, Chapitre III, II, n°66, librairie Emmanuel Vitte, 1936.
[13] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. I
[14] En particulier dans les lettres privées qu’ils écrivent pour annoncer l’élection et l’intronisation d’Urbain VI.
[15] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. I.
[16] Selon certaines déclarations reprises par des historiens, une sérieuse altercation entre Urbain VI et le cardinal d’Amiens aurait été le fait déclencheur du schisme.
[17] Voir Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. II.
[18] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. II.
[19] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. II selon Les Grandes Chroniques de Baluze.
[20] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. II, IV.
[21] Le roi ignore encore que Robert de Genève vient d’être élu Pape. Mais comme le remarque Noël Valois, il est étrange qu’il lui écrive, ne faisant pas partie de ses destinataires habituels. Le roi a-t-il pressenti son élection ?
[22] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. II, VII.
[23] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, chap. II, VII.
[24] Dans le camp des « clémentistes » : la France, l’Écosse, la Castille, l’Aragon. Dans le camp des « urbanistes » : l’Angleterre, la Flandre, la Hongrie, la Pologne, les royaumes scandinaves. Certains États changent de camp : le Portugal, le royaume de Naples. L’Empire germanique se divise entre les deux obédiences. Mais cette répartition entre obédience ne doit pas faire oublier qu’au sein même des royaumes, la situation est en moins évidente et plus contrastée comme le montre la thèse de doctorat d’Annick Brabant, Un pont entre les obédiences : expériences normandes du Grand Schisme d’Occident (1378-1417), Université de Montréal, UFR, Université de Caen, septembre 2013.
[25] Noël Valois, La France et le Grand Schisme d'Occident, tomes I, Préface.
[26] On utilise le terme d'« urbanistes » pour désigner l'obédience d'Urbain VI et des "papes de Rome" et  celui de « clémentistes » pour désigner l'obédience de Clément VII et des "papes d'Avignon".
[27] Comme nous l'avons indiqué dans l'article précédent, "Le Grand-Schisme d'Occident, un événement pour l'Église (1) : Introduction", août 2018, on utilise les termes de "pape" (entre parenthèse), "pape de Rome", "pape d'Avignon" pour désigner les papes et antipapes au cours de ce schisme. Nous considérons les "papes de Rome", c'est-à-dire Urbain VI et ses successeurs comme étant les seuls papes légitimes.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire